Issu d’une famille de dix-huit enfants dont il est l’aîné, Louis-Marie Grignion est né en Bretagne, en 1673, à Montfort-la-Cane dans l’actuel département d’Ille-et-Vilaine.

Sa famille étant très nombreuse s’installa à la campagne, où les produits des terres aideront toute la maisonnée à vivre. Jean-Baptiste Grignion, coléreux et violent, n’est pas un père commode, et le petit Louis vit souvent pleurer sa tendre mère. Cette dernière, qui s’appelait Jeanne, élevait ses enfants de son mieux malgré les nombreuses difficultés causées par la pauvreté.

C’est son père qui lui donna, semble-t-il, les premiers éléments d’instruction. Il est d’abord élève des jésuites, à Rennes, avant d’aller se préparer au sacerdoce, à Paris. en faisant  vœu de pauvreté.

Il fonde la congrégation religieuses féminine : les Filles de la sagesse qui étend très vite son activité à l’enseignement.

Le pape Clément XI lui donne le titre de missionnaire apostolique.

Il est à l’origine de la fondation de la Compagnie de Marie (les Pères montfortains) d’où seront issus les Frères de Saint-Gabriel.  Il est aussi le représentant majeur de la seconde génération de l’école française de spiritualité.

Béatifié au xixe siècle par Léon XIII, en 1888, il est canonisé au xxe siècle par Pie XII, en 1947.