« N’oublions pas ceux qui nous ont aimés et qui nous ont précédés dans la foi, ainsi que ceux dont personne ne se souvient, : le suffrage dans la célébration eucharistique est la meilleure aide spirituelle que nous puissions offrir à leurs âmes ».

Pape François

Dès les premiers siècles de l’Église, les chrétiens ont accompagné leurs intentions de prière d’une offrande apportée à la messe. C’était, au début, des offrandes de nourriture ou de boisson, et à partir du VIIIe siècle, l’habitude s’est installée de donner une participation, une offrande d’argent.

Non que l’on achète à Dieu ou à l’Église une « efficacité » de la prière, car toute messe est absolument sans prix, et de toute façon efficace, puisqu’elle fait mémoire du Salut du monde par le Christ mort et ressuscité. Ces offrandes sont destinées à assurer la vie de l’Église, et notamment la subsistance quotidienne du prêtre qui célèbre la messe à votre intention, selon la parole de saint Paul :

« Ne savez-vous pas que les ministres des cultes vivent du culte ?

De même aussi, le Seigneur a prescrit à ceux qui annoncent l’Évangile de vivre de l’Évangile. » (1Co 9,13-14)

Célébrer une messe à une intention particulière est un service spirituel qui est accompli en conscience par le prêtre.

Le prêtre célèbre donc chaque jour une messe à l’intention des fidèles qui lui ont demandé ce service. Ayant fait le choix de pauvreté, le prêtre ne fera aucun commerce avec ces offrandes ! Il ne peut en recevoir que l’équivalent d’une seule chaque jour, même s’il prie pour plusieurs intentions. Il partage alors avec d’autres prêtres dans le besoin (souvent des prêtres en mission lointaine) les offrandes supplémentaires qui lui ont été remises.

Quoi qu’il en soit, il s’agit là :
d’un acte de foi en la puissance du sacrifice du Christ sur la Croix et en la prière de l’Église.
En même temps que d’un beau geste de partage de la part des fidèles pour assurer la vie de leur Église. Car l’Église ne vit que de dons, et l’État ne prend aucune part au financement des communautés chrétiennes.

Le pape François encourage à offrir des messes pour les défunts

Il va enfin de soi que cette offrande n’est nullement obligatoire. Vous pouvez donc demander au prêtre de prier à une intention particulière sans faire d’offrande, et il recueillera votre demande avec grande joie.

Pourquoi offrir une messe ?

La messe célébrée comporte toujours l’offrande matérielle offerte par les fidèles qui participent ainsi, avec le prêtre, au sacrifice de l’Eucharistie :

« Nous t’offrons pour eux ou ils t’offrent pour eux-mêmes et tous les leurs ce sacrifice de louange. » (Prière Eucharistique n° I)

La communion des saints, c’est-à-dire le lien que nous avons dans la personne du Christ avec chacun des êtres humains qui a été ou qui sera, est un mystère qu’il nous faut entretenir. Ne prions pas pour nos morts qu’une seule fois dans l’année. Par le mystère de la messe, nous pouvons offrir une messe à l’intention d’un de nos défunts. C’est un signe très fort pour montrer que le sacrement de l’eucharistie constitue et révèle le Corps du Christ. Par la prière et la force de la messe, nous nous rendons tous proches les uns des autres, unis dans l’adoration de notre Dieu avec les anges (c’est le sens du Sanctus).

Les messes peuvent être offertes pour des vivants, à l’occasion d’un anniversaire ou d’un événement fort mais aussi pour recevoir le soutien de l’Eglise lors d’une maladie ou d’un combat difficile.

Bien sûr, tous les fidèles pendant la messe peuvent offrir leur vie ou une intention (particulièrement pendant l’offertoire). Toutes ces intentions sont présentées par le prêtre à Dieu, agissant dans la personne du Christ en vertu de son ordination. Donner une offrande de messe est le signe de l’implication de toute notre vie y compris matérielle à l’intention des vivants et des morts.

En pratique

Pratiquement, pour demander une intention de messe, il suffit : de prendre contact avec la Paroisse Saint-Germain, en donnant le prénom et le nom de la personne pour qui vous désirez qu’une messe soit célébrée, ainsi que la date et le lieu de la messe

Le montant de l’Offrande est fixé par l’Assemblée des Évêques de France.

Il avoisine la somme de 17 €, selon les possibilités de chacun.

Lorsque des personnes souhaitent demander la célébration de plusieurs messes consécutives pour une même intention, il leur est proposé une Neuvaine (la célébration de 9 messes quotidiennes consécutives) ou un Trentain (la célébration de 30 messes quotidiennes consécutives).
Pour une Neuvaine, le montant de l’offrande est fixé par l’évêque à 160 €, selon vos possibilités ;
Pour un Trentain, le montant de l’offrande est fixé par l’évêque à 550 €, toujours selon vos possibilités.